Poèmes de NATALIE LAIDINEN

***

Moscou est si loin de Paris,
Paris est déjà dans loubli,
Comme ton mari bien aimé,
Si vite abandonné,

Même sil te manque parfois
Qui fixe nos limites et nos lois?..
De loin tu devines son image,
Lorsquun autre défait ton corsage,

Et le vent de Champs Elysées
Balaye tes espoirs brisés,
Apaise tes souffrances et tes peurs,
Apporte les réponses à ton cœur,

Au-delà des tumultes du passé,
Du présent, incertain et pressé,
Elle existe, votre journée de chance:
Vous deux, à Paris votre piste de dense.

* * *
Les roues. Elles claquent tristement.
Le thé. Un verre. Le thé refroidi.
Une cavité pour des questions.
Pas de vouloir pas de réponse.

Qui est aïeul? Et qui est descendant?
Comprendre des guerres comment?
Je ne suis quun malade fragment
Jadis de un pays très grand.



* * *
Tu nas guerre besoin de moi.
Je ne suis ni ta femme, ni ta sœur
Juste quelquun
Cachée dans tes rêves.
Mon ami, tu vois :
Je suis ton âme perdue,
Qui sen va tout doucement




* * *
Un verre darmagnac,
Mon carnet de poèmes.
Une nuit sans toi,
Triste dilemme.
Je suis seule.
Et soudain,
Une lueur despoir!
Minuscule araignée du soir.
Alors, jécris et jattends,
Mais arrive le matin,
Et dans la lumière il ny que du chagrin
Ma petite araignée dhier soir




* * *
Vaux mieux être louve,
Plante amère,
Étoile filante,
Triste chimère,
Nonne sans foi !..
Enfant dadultère
Que vivre sans toi
Dans ce monde éphémère.

 1
eXTReMe Tracker